La psychologie positive

Logo Cap-PsyLa psychologie positive : une psychologie du bonheur ?

La définition la plus consensuelle de la psychologie positive est celle de Shelly Gable et Jonathan Haidt (2005) : « l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions ».

Discipline récente, assurément novatrice, elle se développe rapidement, et trouve un écho chez de nombreux professionnels et patients. Elle donne également une tonalité particulière au travail psychothérapeutique.

Des études sérieuses ont démontré l’effet bénéfique de certaines attitudes, habitudes et des émotions positives. A contrario le mal-être se nourrirait d’éléments « automatiques » ou inconscients : croyances, mésestime (de soi / des autres), mémoire traumatique, manque de confiance, etc.

Comme le souligne Matthieu Ricard : « Les émotions positives telles que la joie, le contentement, la gratitude, l’émerveillement, l’enthousiasme, l’inspiration et l’amour sont bien plus qu’une absence d’émotions négatives. Cette dimension supplémentaire […] est source de profondes satisfactions ». Et selon B. Fredrickson, « Les émotions positives ouvrent l’esprit et élargissent la palette des pensées et des actions (…) Elles engendrent des comportements flexibles, accueillants, créateurs et réceptifs ».

Le meilleur de soi

Ainsi, modifier ses modes de penser et de faire, reporter son attention sur le meilleur en soi, produit des bienfaits sur l’individu, mais aussi sur son entourage, et sur les groupes sociaux.

En pratique, il s’agit de repérer les dysfonctionnements, les mécanismes répétitifs, les fausses certitudes. Pour y remédier, on cherchera à modifier le « terrain » (le psychisme, les habitudes…), et à développer une dynamique plus positive (modes de pensées, comportements, pratiques personnelles…). Dans le même temps, l’on mettra l’accent sur ce qui « va bien », sur ce qui est favorable, efficient, porteur d’espoir. L’objectif reste de conduire et construire une meilleure qualité de vie, des relations plus satisfaisantes, et un fonctionnement optimal.

La psychologie positive trouve ses applications dans un travail individuel ou collectif, mais également dans le champ psycho-social et organisationnel.

Pour aller plus loin (cliquez sur les titres pour consulter les pages)