L’angle de vue

Que vous soyez un as de la photographie ou pas, vous en connaissez sans doute les principes de base.

Les mêmes principes s’appliquent à notre façon de voir et d’appréhender le monde, les choses, les gens.

Nous aspirons à nous sentir bien, confiants, faire les bons choix, éviter les pièges, les écueils, ne pas souffrir…

Notre « point de vue » y participe, c’est-à-dire la façon dont nous choisissons de voir les choses. Comme en photographie, la « mise au point » détermine ce que nous voyons et comment nous y réagissons.

Intéressons-nous à la photographie. Les principaux paramètres pour réussir une photo sont : le cadrage ; la lumière ; la distance ; la rapidité d’obturation.

La bonne distance

En photographie, vous pouvez choisir d’immortaliser un paysage, une personne, une maison, un moment de fête, etc. C’est un choix volontaire, qui détermine le résultat. Mais selon ce que vous photographiez, vous choisirez une distance différente.

Voici un exemple :

Que voyez-vous sur ces photos ?

                       

Rien de très clair, et pourtant, les 2 photos représentent des tulipes rouges :

   La première photo est prise de trop loin. La 2e, de trop près.

Pour pouvoir apprécier cette jolie fleur, il faut la regarder à la bonne distance.

Bien sûr on peut choisir de photographier un champ de tulipes (donc sans voir nettement chaque tulipe) ou de regarder une tulipe sur un plan microscopique ! Mais notre façon de l’appréhender sera différente : une tulipe parmi d’autres ; le détail de l’intérieur d’une tulipe ; ou une tulipe dans sa globalité.

L’important, c’est de s’assurer que la distance choisie est celle qui correspond à nos attentes. Si vous vouliez apprécier une tulipe en tant que telle, les 2 premières photos vont vous décevoir, et vous amener à penser qu’une tulipe n’a pas grand intérêt. Et pourtant…

La bonne lumière

Il en va de même pour la lumière.

Que vous voyez-vous ici ?

          Ce n’est pas très clair, n’est-ce pas… 

En choisissant la bonne luminosité, c’est bien mieux :       

 

Choisir la mise au point

Avec ces exemples, nous souhaitons vous sensibiliser au fait qu’il y a toujours de multiples façons d’observer, de regarder, de ressentir, les objets, les gens, les situations, les relations. En faisant varier le cadre, la lumière, la distance, l’attention qu’on y porte (vitesse d’obturation), l’angle de vue, nous modifions notre vision, et par là-même, notre opinion sur ce que nous voyons, et notre façon d’y réagir.

Faites l’expérience avec un objet de votre quotidien. Par exemple : votre télévision. Voilà un objet sur lequel nous avons les yeux rivés bien souvent ! Et vous la regardez à la bonne distance, car vous connaissez cette bonne distance. Mais si votre première expérience d’une télévision est de la regarder l’oeil collé à l’écran, en la tournant face au mur, en la plaçant au fond de votre jardin, à contre-jour ou avec une lampe braquée dessus, vous risquez fort de considérer que la télévision est une expérience décevante, de peu d’intérêt, voire inutile.

Prenez conscience que votre opinion sur les choses, votre façon de les appréhender tient en grande partie à cette « mise au point ». Si vous vivez une situation désagréable, essayez de l’envisager autrement, en changeant un des paramètres de la « prise de vue ». Et peut-être en verrez-vous d’autres aspects, ou un autre sens, qui vous permettra de l’envisager de façon plus positive.